PER : les points à connaître avant d’épargner


Le Plan Épargne Retraite individuel, lancé en fin d’année 2019, s’adresse à tous les contribuables et offre la possibilité de se constituer une épargne personnelle en complément du système en vigueur. Elle sera par la suite reversée en rente viagère ou en capital au moment du départ à la retraite. Ce nouveau PER mis en place par la loi Pacte permet de profiter de règles moins restrictives. L’épargne est dorénavant plus accessible avec la possibilité d’un déblocage anticipé supplémentaire et vous offre 2 options à la sortie. 1- Pour qui ? Il vous permet vous constituer un revenu complémentaire tout en diminuant l’assiette imposable sur le revenu en déduisant les sommes versées sur le contrat. Vous bénéficiez d’une réduction d’impôts proportionnelle à votre taux d’imposition : montant versé sur le PER × taux d’imposition. Contrairement à ce que l’on peut penser, le PER n’est pas à faire uniquement en prévision de la retraite, à l’approche du départ. Certes, l’épargne placée est bloquée jusqu’à la retraite, mais il existe des possibilités de déblocage anticipé. Certains cas sont exonérés d’impôts comme l’invalidité ou le décès du conjoint ; et d’autres sont imposables à la sortie comme l’achat de la résidence principale ; vous avez aussi la possibilité de marquer un arrêt dans vos versements. 2- Sur quoi ? Environ 50 PER vous sont accessibles avec des conditions différentes. Il est notamment important de regarder avec attention les frais d’entrée, de gestion … Ces derniers peuvent nettement affecter vos rendements finaux. La souscription à un PER n’est pas définitive, vous être libres de changer et transférer votre épargne d’un contrat à un autre au bout de 5 ans. Il existe 3 profils de gestion à horizon différents : prudent, équilibré et dynamique. Déléguer la gestion de votre PER (gestion pilotée) vous permet d’optimiser votre rendement et de réduire les risques financiers plus vous vous approchez du départ à la retraite. En effet, la gestion pilotée vous permettra de passer d’une allocation diversifiée, elle peut être risquée, mais avec une performance plus élevée ; à une allocation profil prudent, en grande partie en fonds euros, moins risquée, mais qui ne vous fera pas perdre l’épargne cumulée, en vous approchant de la retraite. 3- Quelle rémunération ? La rémunération espérée tient compte de 2 points :

  • Les allocations choisies : En effet, le PER vous offre un large choix de supports de placements plus ou moins rémunérateurs. Les fonds risqués vous offrant une possible rémunération plus intéressante que le fonds euros, mais attention, ils présentent aussi le risque de perdre une partie des sommes placées.

  • Votre taux d’imposition : Plus il est élevé, plus vous bénéficierez d’une réduction d’impôts élevée et donc une rentabilité de PER plus élevée.

4- Comment en récupérer le maximum à la sortie ? Contrairement aux anciens contrats, le nouveau PER vous offre 2 options à la sortie :

  • La rente viagère (seule option dans les anciens contrats) : à votre départ en retraite, vous récupérez une certaine somme tous les mois ou trimestres, jusqu’à votre décès. Cette option est soumise à l’impôt sur le revenu.

  • La sortie en capital : vous récupérez votre épargne en une fois ou en versements sur plusieurs années. Ici aussi le capital est soumis à l’impôt sur le revenu et à la plus-value soumise à la flat tax de 30%.

Vous pouvez aussi garder votre PER même après votre retraite, ce qui vous éviterait de payer trop d’impôts et même de continuer à défiscaliser. 5- Est-il possible de transférer ses anciens contrats retraite ? Vous pouvez bien évidemment le faire. La grande différence entre le nouveau PER et les anciens contrats reste la possibilité de sortir en capital plutôt que d’avoir seulement la rente. Attention toutefois à ne pas se précipiter, quelques fois, attendre la fin de votre ancien contrat reste plus avantageux pour vous, il peut y avoir des délais importants de transferts. 6- Cas particulier : décès en cours de vie du PER Il faut distinguer 2 situations :

  • Avant 70 ans : le régime successoral de l’assurance-vie s’applique (pour un PER assurantiel).

  • Si vous avez choisi l’option sortie en capital : chaque bénéficiaire peut recevoir jusqu’à152 500€ sans payer de fiscalité. La base de calcul pour la fiscalité : primes versées + intérêts accumulés. Il y a un abattement de 152 500€. De 152 501 € à 852 500 € (soit sur 700 00 €) = taux d’imposition 20 %. Au-delà, le taux d’imposition est de 31.25%.

  • Si vous avez choisi, l’option sortie en rentre : le conjoint bénéficie de la réversion.

  • Après 70 ans : Tous les bénéficiaires confondus peuvent recevoir jusqu’à 30 500€ sans payer de fiscalité. La base de calcul pour la fiscalité : primes versées uniquement. Il y a un abattement de 30 500€.

Au-delà, on applique les droits de succession (taux d’imposition de 5% à 60% selon le lien de parenté).

Posts à l'affiche
Posts Récents